CAC et ESTX50 mensuels : sur des résistances clés

Alors que les marchés européens viennent de bondir suite aux résultats du premier tour de l’élection présidentielle française, il me semble opportun de prendre un peu de recul et faire un point sur les graphiques mensuels du CAC et de l’Eurostoxx 50, les deux se retrouvant sur des niveaux tout à fait similaires.

Commençons par le CAC, avec un graphique qui remonte aux origines de notre indice. Il est guidé par des parallèles haussières, en vert notamment (les obliques orange méritant confirmation), des obliques très légèrement haussières, en bleu clair, et des obliques baissières, en rouge. Ce sont ces dernières qui nous intéressent aujourd’hui.

Elles sont deux sur les niveaux actuels, pas tout à fait parallèles, et joignant les points hauts de 2000 et 2007 pour les deux, et 2015 également pour la première. Une résistance qui a été franchie ce lundi, propulsant le CAC sur la seconde.

Compte tenu de l’évolution récente de notre indice en données mensuelles, il est tentant de miser sur un prochain franchissement de ces niveaux de résistance. Mais quelques hésitations autour des niveaux actuels, voir un retour sur les 4600/4700 pts ne sont pas à exclure.

En cas de franchissement en tout cas, on devrait aller chercher dans un premier temps l’oblique orange vers 5500/5550. Mais c’est un signal long terme auquel nous aurions à faire, qui devrait nous propulser par la suite bien au delà, direction les sommets de 2007 puis l’oblique bleu clair vers 6350/6400 pts… Nous aurons le temps d’y revenir.

Ce qui est intéressant, c’est que l’Eurostoxx 50 se trouve lui aussi sur des niveaux charnières tout à fait similaires…

Pour plus de lisibilité, je n’y ai fait figurer que les obliques baissières qui nous intéressent. Et le verdict est pour le moins clair ! Comme pour le CAC, après le test de l’été 2015, nous voilà sur un deuxième test à moins de 2 ans d’intervalle, avec une probabilité de franchissement d’autant plus importante que les marchés américains et le DAX nous ont déjà montré la voie…

Reste qu’à court terme, quelques hésitations, une latéralisation voir une petite tentative de repli ne sont pas à exclure, bien au contraire, d’autant que cela coïncide avec l’arrivée dans une période traditionnellement plus compliquée (“sell in may…”). Le marché patientera-t-il toutefois jusqu’à la rentrée pour réellement repartir de l’avant ?

Réponse dans les prochaines semaines et prochains mois…

 

S'abonner aux publications du site