Pétrole : a-t-on touché le fond ?

Ma dernière analyse du pétrole (baril de brut) remonte à début septembre 2014. Ce n’est en soi pas si lointain, mais cela paraît aujourd’hui une éternité, avec un baril qui a tout simplement été divisé par 2 entre temps ! Comment est-ce possible ? A-t-on découvert une énergie de substitution ? A-t-on découvert un champ gigantesque repoussant la fin des réserves d’un siècle ? Sommes nous dans une nouvelle édition de la crise de 2008 et de la faillite de Lehman Brothers ? Que nenni ! Mais alors que c’est-il passé pour assister à une telle décrue ?

Je ne vais pas m’étendre sur l’aspect fondamental, qui n’est pas l’objet du site. Mais n’étant pas un adepte de l’opposition de l’AT et de l’AF, il me semble toutefois important d’aborder brièvement le sujet, ne serait-ce que pour mieux comprendre le contexte et les tenants et aboutissants du mouvement actuel.

Dans le cas présent, certains mentionneront le gaz et le pétrole de schiste et le manque de croissance mondiale, pour justifier une demande en repli. Mais est-ce si nouveau pour justifier le plongeon auquel nous avons assisté depuis septembre ? Assurément non. Je pense qu’il faut clairement aller chercher les justifications d’une part du côté de la géopolitique et de la pression de certains pays sur d’autres, et d’autre part sur l’envolée du dollar. Concernant le premier aspect, je ne parle là pas uniquement du cas de la Russie, sachant que ce repli du baril met en danger également bon nombre de sociétés et d’états, qui n’ont pas les reins assez solides pour tenir bien longtemps avec un baril sous les 50 dollars. Quant à l’envolée du dollar face aux autres monnaies, elle permet de compenser quelques part la violente baisse du pétrole enregistré ces derniers mois, et octroie donc plus de marge de manoeuvre pour ceux qui veulent pousser le pétrole à la baisse.

Une fois ce petit point fondamental effectué, venons-en maintenant à l’analyse technique.

Lors de mon intervention de septembre, je concluais en parlant de la zone de support des 90$ alors testée : “Vu comme cela, on pourrait être tenté de jouer un prochain rebond, et pourquoi pas un retour en direction du haut du canal violet ou du triangle rouge. Mais avec la cassure des supports bleu clair et vert clair, il existe malgré tout un risque non négligeable que la baisse s’accélère et que nous cassions cette zone de support. Je vous laisse en imaginer les conséquences, avec la mise en place d’un possible repli jusqu’à la zone des 76/78$ dans un premier temps, puis des 70/71$

Pour ce qui est des conséquences, comment dire… si j’avais bien identifié un risque de plongeon, j’ai clairement sous-estimé le potentiel, n’imaginant clairement pas que le mouvement pouvait être si violent, malgré les quelques alertes graphiques identifiées.

Toujours est-il que 4 mois plus tard, nous voilà sous les 50$, et 2 fois plus bas que les cours de début septembre. Pour mieux appréhender ce mouvement et les niveaux atteints, commençons par un graphique long terme depuis la fin des années 90.

Petrole-260115Ce graphique a essentiellement pour intérêt de visualiser les lignes de tendance vertes, et quelques niveaux horizontaux majeurs, comme la zone des 40$, qui a coiffé le baril pendant de très longues années, jusqu’au début des années 2000, avant l’envolée que nous connaissons jusqu’aux 150$, puis le krach de 2008 pour un retour sur ces 40$ (35$ en extension).

Et si la chute de ces derniers mois ne nous a pas ramené (encore ?) sur cette fameuse zone des 40$, il est intéressant de constater que nous sommes venu prendre appui pile poil sur la base du très large canal haussier vert, prenant appui sur le point bas de 1998/1999. Est-ce à dire que nous avons touché le fond ?

C’est en tout cas un argument fort, graphiquement parlant. Il s’agit toutefois de rester méfiant, et cela pour deux raisons. La première est fondamentale, et tient à la nature même de ce repli, qui pourrait pousser le marché plus bas encore, histoire de renforcer encore la pression. La deuxième est graphique, et tient à la violence de la chute et la nécessité d’un net rebond dans les prochaines semaines, pour écarter le risque de repli supplémentaire. Le marché trouvera-t-il la force d’opérer un tel rebond ?

Pour y voir plus clair, zoomons sur le graphique de ces derniers mois.

Petrole-260115-CT

On y retrouve le canal violet et la zone de support des 90$ cassée début octobre, et la dégringolade qui a suivi, le marché ne semblant même pas respecter les différentes zones de support identifiées sur sa route, si ce ne sont les 76/78$ mentionnés en septembre dernier, qui ont tout juste permis au baril de marquer une pause dans son repli.

Une chute d’une telle netteté que je n’ai pas résisté à vous proposer les ratios de Fibonacci, pour voir ce que cela donnerait en considérant que nous avons atteint le point bas en ce début d’année 2015. Ce qu’il en ressort est intéressant à plus d’un titre, tout simplement car les différents seuils de Fibonacci tombent globalement tous sur des niveaux remarquables qui ont rythmé la chute :

– le seuil des 23.6% se retrouve sur les 59$, correspondant au point haut du range de mi-décembre,

– le seuil des 38.2% correspond à la zone des 68$ sur laquelle le baril avait marqué la précédente pause dans son repli,

– le seuil des 50% correspond lui à la zone des 76$, autour de laquelle nous avions eu un temps d’arrêt dans la baisse,

– tandis que le seuil des 61.8% correspond à la première dérive horizontale après la cassure des 90$.

Est-ce à dire que nous avons touché un point bas autour des 44.2$, et que le baril est prêt pour un rebond ? Ce serait allé un peu vite en besogne, même si nous l’avons vu, plusieurs éléments graphiques militent dans ce sens. Pour ce qui est de la configuration court terme, c’est moins évident. Certes, la première réaction sur les 44.2$ a été intéressante, avec la formation d’une étoile du matin. Le rebond qui a suivi a toutefois rapidement buté sur la MM20, confirmant en même temps la résistance baissière bleue. Une résistance de nouveau testée la semaine dernière, et qui continue de coiffer le marché. Un marché qui semble d’ailleurs se diriger tout droit vers les 44.2$ à nouveau, et qui ne donne pas l’impression pour l’instant de vouloir réellement repartir de l’avant.

Les prochaines séances seront en tout cas très intéressantes à suivre, et nous en diront plus sur la suite des évènements. Un retour en clôture au delà de la résistance bleue et de la MM20 devrait aider le baril à se reprendre, même s’il serait préférable d’avoir une clôture au delà des 50/51$ pour espérer un rebond en direction des 23.6%. Ce n’est ensuite qu’un retour au delà des 70$ qui pourrait mettre un terme au repli de ces derniers mois.

Sous la zone des 44$ par contre, le repli pourrait reprendre de plus belle, direction la fameuse zone des 40$. Mais quid alors des obliques vertes ? J’aurais bien d’autres obliques à vous proposer, mais elles me semblent moins pertinentes, et alourdiraient trop mon graphique. Je n’en parlerai donc qu’en cas de cassure confirmée des 44$.

Idées de trades précédentes :

Le scénario haussier proposé n’a pas été en mesure d’être enclenché… Ce n’est pas plus mal 😉

Idées de trades pour les prochaines séances :

Pas de trade baissier. Même si la cassure des 44/44.2$ pourrait relancer la baisse, il me semble trop délicat de jouer le repli sur les niveaux actuels, l’essentiel du mouvement me semblant fait, et d’autant plus que tout ceci reste très spéculatif.

Scénario P1 : (dans les tous prochains jours)
Achat : >49.35 $
Objectif 1 : 50.85 $
Objectif 2 : à définir
Seuil d’alerte : 47.2 $
Stop : 43.8 $ (à remonter dès que l’objectif 1 est atteint)

Scénario P2 :
Vente : …..
Objectif 1 : …..
Objectif 2 : à définir
Seuil d’alerte : …..
Stop : ….. (à abaisser dès que l’objectif 1 est atteint)

Pour plus de détail sur ce que j’appelle “seuil d’alerte” et sur la gestion globale de ces scénarios, merci de vous référer à la page “Comment jouer et suivre mes scénarios CAC ?” , la logique étant la même que pour les scénarios CAC.

Et pour savoir comment investir sur les matières premières en général et le pétrole en particulier, n’hésitez pas à me contacter via le site.

S'abonner aux publications du site